fbpx
30.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Youssouf Traoré, Président du conseil malien des Transporteurs routiers : « Si l’Etat réajuste le tarif des transports, les transporteurs n’auront pas besoin de faire de la surcharge »

Dans un entretien qu’il a accordé à la rédaction du journal ‘‘ Le Moniteur Africa’’, M. Youssouf Traoré a partagé sa vision du sous-secteur et a fait connaitre les missions, les perspectives, mais aussi les difficultés qui minent le Conseil Malien des Transporteurs Routiers (CMTR) dont il est le président. Il a saisi l’occasion pour exprimer le soutien indéfectible et l’accompagnement des transporteurs routiers du Mali au ministre des Transports et des Infrastructures, Makan Fily Dabo pour la réussite de sa mission au sein du gouvernement de transition.

Etablissement public à caractère professionnel, le Conseil Malien des Transporteurs Routiers s’occupe essentiellement de la promotion, de la professionnalisation, de l’encadrement des acteurs du secteur des transports. Au-delà, le conseil a pour mission aussi de porter assistance aux professionnels du transport.

Dans son intervention, Youssouf Traoré reconnaît la responsabilité des transporteurs d’assurer  l’acheminement les commandes des commerçants maliens au Mali partout où celles-ci se trouvent et de travailler aussi à faciliter la mobilité de la population.

La chambre consulaire a des représentants dans toutes les capitales régionales du Mali. Elle joue le rôle d’interface entre l’Etat et les transporteurs pour le bon fonctionnement du secteur. Mais attention ! Youssouf Traoré veut éviter une confusion.

Le CMTR, aux dires de son président, n’est pas le syndicat des transporteurs du Mali qui existe aussi.

Toutefois, précise-t-il, le CMTR et le syndicat peuvent décider de faire une lutte commune. « Les deux structures se retrouvent à chaque fois qu’il est question  de la défense des intérêts moraux et matériels de ses membres », explique le promoteur de Bani Transport.

Par aillleurs, il a rappelé que le CMTR, de sa création à nos jours, travaille comme Hercule  pour professionnaliser les transporteurs maliens.

Cette volonté se traduit par l’organisation des ateliers de renforcement des capacités à l’intention des transporteurs leur permettant de se familiariser avec les textes régissant leur domaine d’activité.

Défense des intérêts des transporteurs Maliens, un combat permanent de Youssouf Bani !

Selon Youssouf Bani Traoré, aucun sacrifice n’est de trop pour l’équipe qu’il dirige pour assurer la sécurité des transporteurs afin qu’ils participent pleinement au développement économique du Mali. « Nous sommes en train de travailler pour faciliter l’accès des transporteurs maliens aux lignes de crédits dans le souci d’assurer le renouvellement des parcs automobiles. Même si beaucoup reste à faire, nous sommes en pourparlers très avancés avec l’Etat pour la mise en place d’un fonds de garantie permettant aux transporteurs de renouveler leurs véhicules en flotte sans avoir de difficultés », a signalé le président CMTR.  Comme efforts déjà consentis en faveur de l’épanouissement des acteurs du transport au Mali, il a cité, entre autres, la construction en cours d’un siège pour le bureau exécutif du CMTR et ses directions régionales. S’y ajoute l’avancée du projet de construction d’un parking de 20 hectares à Diboli pour le stationnement pour les gros porteurs.
Les mêmes ambitions sont formulées pour  Sikasso, Ségou, Mopti et Kayes.

A ce sujet, il a sollicité l’intervention de l’Etat malien en termes de soutien financier pour la réalisation de ces projets qui insuffleront, à terme de réalisation, une bouffée d’oxygène au secteur du transport routier au Mali.

La guerre contre le surpoids !

S’agissant de la question de la surcharge, Youssouf Bani Traoré refuse toute idée faisant croire que les transporteurs sont les seuls responsables. « Nous sommes tout à fait conscients que les surcharges détruisent les routes, mais des efforts sont en cours pour trouver des solutions. C’est pourquoi, de deux tandems, les transporteurs sont partis à quatre pour équilibrer les charges qui sont reparties entre les essieux, et qui impose que personne ne doit pas dépasser 11 tonnes », se réjouit le président CMTR.

Il estime que la surcharge doit être combattue par tous les transporteurs. Et en disant cela, il a ses arguments. « La surcharge, au-delà de son impact sur les routes, écourte la durée de vie des véhicules. Donc, elle tue prématurément les moteurs », explique le promoteur de société de transport.

Cependant pour lutter efficacement contre le surpoids, il estime qu’un effort doit être fait aussi par l’Etat malien en vue de  réajuster le tarif transport.

Par conséquent, il invite l’Etat malien à travailler dans ce sens. « Si l’Etat encadre le tarif des transports, nous pourrons nous en sortir. On n’aura même pas besoin de faire de la surcharge », est convaincu Youssouf Bani Traoré.

investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes