fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Sécurisation des chantiers dans les zones à risques : L’Etat néglige, les entreprises s’exposent

Depuis un certain temps, la situation sécuritaire du Mali laisse à désirer. Face à cette triste réalité, il est important de sécuriser les chantiers publics, notamment ceux dans des zones d’insécurité. Cela, pour mettre les entreprises à l’abri des actes terroristes. Mais, la réalité est tout autre sur le terrain où les terroristes et autres bandits continuent à s’attaquer impunément aux œuvres et projets gouvernementaux destinés à soulager les populations.

Pas plus tard que le samedi 17 juillet 2021, aux environs de 17h30, Covec et Attm, les deux entreprises qui ont en charge les travaux de construction et de bitumage de la route Kwala-Nara, longue de 188 kilomètres, ont été victimes d’attaques terroristes sur le lot situé à 55 km de Kwala. Bilan matériel : 01 grue, 09 bennes, 03 chargeurs, 05 citernes, 01 compacteur, 03 gradeurs, 01 bull et 01 citerne à goudron ont été incendiés par les assaillants. En plus,05 pick-up des entreprises ont été emportés et 05 personnels, dont 03 Chinois et 02 Mauritaniens, ont été également enlevés, selon les informations reçues au moment de l’attaque.

Toujours selon nos sources, le site cible qui sert de lieu de transit pour les deux entreprises n’est sécurisé que par une société privée de gardiennage dont on préfère taire le nom.Et pour qui connait les sociétés de gardiennage, la plupart n’est pas apte à faire face à une telle attaque d’envergure, faute de moins adéquats.

Dimanche 25 juillet 2021, lors d’une visite sur le site qui a fait l’objet d’attaque terroriste, le ministre des Transports et des Infrastructures, accompagnée de son homologue de la Défense et des Anciens Combattants, a exprimé son regret suite aux dégâts subis par les entreprises victimes et a annoncé des dispositions pour la reprise des travaux.

Au-delà de cette assurance, les autorités maliennes doivent tirer des leçons de cette attaque ciblée sur ces deux entreprises en charge de ce projet de construction qui a démarré depuis novembre 2019 et qui n’est qu’à seulement 35% de taux d’exécution des travaux. Il est plus qu’urgent qu’elles prennent des dispositions sécuritaires nécessaires pour éviter un tel acte qui impacte non seulement le délai contractuel des travaux publics et l’économie nationale, mais aussi la vie des entreprises et celle de leurs personnels qui ne sont pas parfois à l’abri des attaques.

Investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes