fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Révélation: Aucun médecin au Mali n’a jusque-là reçu un rond de prime de la part de la Canam

Bien que promises dès les premières heures de la création de la Caisse nationale d’assurance maladie (Canam), les médecins se font toujours rouler dans la farine par les responsables de la structure s’agissant du payement de leurs primes de motivation. Malgré l’assurance renouvelée et permanente des responsables de la Canam auprès du syndicat des médecins du Mali à chaque rencontre d’échanges, aucun médecin en République du Mali n’a jusque-là reçu un kopeck comme prime de motivation.

En effet si la contribution des médecins, qui sont au début et à la fin de toutes les opérations de l’assurance maladie, est déterminante pour la réussite des activités de la Canam, leurs efforts consentis au quotidien ne sont pas appréciés à leur juste valeur.

Et pour cause, selon Docteur Mamadou Kéita, Secrétaire aux Relations extérieures et aux Revendications du syndicat des médecins du Mali, au moment de la mise en place de la Canam, il avait été suggéré  qu’il devrait avoir des  motivations pour les médecins pour les prestations faites.

A l’en croire, ces primes de motivation étaient justifiées. « Au vu de tous les efforts consentis par les médecins pour la satisfaction de la clientèle, il avait été suggéré par la Canam, dans un cadre de partenariat,  que ceux-ci devaient bénéficier d’une prime de motivation. Et cette prime de motivation devrait aller aux alentours de 10% des prestations. La promesse a été faite par la Canam, mais celle-ci n’a été formalisée dans les documents », explique le syndicaliste.

Pour preuve, il indique que les responsables de la Canam, eux-mêmes, le rappellent à toutes les rencontres qu’ils sont en train de voir la faisabilité. Mais la promesse peine à accoucher et  les médecins ne font que patienter. A chaque rappel du syndicat des médecins, les responsables de la Canam se justifient toujours par des difficultés au niveau de leurs caisses.  « Toujours est-il que depuis la création de la Canam jusqu’à nos jours, je ne connais pas un seul médecin en République du Mali qui a reçu un rond  de la part de la Canam », regrette le médecin.

Selon lui, cette promesse non concrétisée  n’est pas une question taboue. « Dans le monde actuel, c’est des choses qui sont là parce que dans le domaine de la santé, l’avènement des ristournes au niveau des centres de référence est une réalité. Elles sont légales, donc pas cachée.  Une chose est sûre, jusqu’à preuve du contraire, la Canam a du mal à satisfaire ses prescripteurs médecins, à rétablir ce bon de partenariat en honorant les 10% de prime sur les prestations dues qui ont été promis depuis le départ », informe Mamadou Kéita.

De son point de vue, la question a, tout le temps, été sur la table et souvent par les responsables de la Canam, mais la promesse n’a jamais été honorée. « On ne sait pas  ce qui se passe.  En réalité ce que les médecins investissent comme efforts physiques pour établir les feuilles de soins de l’AMO sont immenses. C’est un travail mesquin qui prend du temps. Souvent, on est même obligé d’utiliser nos propres cachets. Ces prestations de la Canam endommagent et l’homme qui est le médecin et son matériel qui est son cachet. Ça demande beaucoup d’efforts et beaucoup de concentrations. Donc, ces primes sont des droits qui méritent d’être attribués en guise de motivation et de récompense », explique monsieur Kéita qui ajoute que, si la Canam veut tenir davantage sur pied, elle a intérêt à traiter cette question rapidement et avec beaucoup de sérieux.  « Il est temps que les choses changent. Il ne faut pas qu’on se limite seulement à la théorie théoricienne. Il est important qu’on aille un peu vers la pratique », exprime le syndicaliste.

Toutefois, il rassure que la question n’a jusque-là pas fait l’objet de doléance  de la part du syndicat des médecins du Mali. « En tant que syndicat, nous avons tout le temps mis l’intérêt de la population en avant. Nous n’insistons pas trop là-dessus par respect aux assurés de l’AMO, pas parce que nous sommes à l’abri du besoin. Non  loin de là ! », martèle Mamadou Kéita.

A l’en croire, depuis le licenciement des représentants de la Canam auprès des structures sanitaires conventionnées, tout le travail de l’AMO  repose sur les épaules des médecins. « Nous sommes les partenaires directs de la Canam. Les médecins sont en première ligne des actions de l’AMO. Les prestations faites par la Canam commencent et terminent dans nos mains. La survie de la Canam est entre les  mains des médecins.  Cela est  incontesté et incontestable. Tout cela mérite une reconnaissance », enchaine le médecin syndicaliste.

Youssouf Z KEITA

Pour Investir

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes