fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Panel de haut niveau sur la ZLECAf : Pour mieux édifier et outiller les opérateurs économiques maliens sur la politique économique

A la faveur de la semaine nationale dédiée à l’intégration africaine, se tiendra dans la salle de conférence du Conseil National du Patronat du Mali à l’ACI 2000, près du Gouvernorat du District, un panel de haut niveau sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Organisé par la Promotion Drissa KEITA (1995-1999) de lEcole Nationale dAdministration en collaboration avec la Représentation Permanente de la CEDEAO au Mali, le panel a pour objectif de sensibiliser les principaux acteurs concernés (opérateurs économiques) sur la politique de la CEDEAO relative à la mise en œuvre de la ZLECAF.

En raison de la situation sociopolitique et économique que traverse le Mali, Le panel est reporté à une date ultérieure.

Ce panel est d’une grande importance pour l’avenir économique du Mali et pour les opérateurs économiques maliens. Cela pour la simple raison que l’Union Africaine est présentement engagée dans des réformes majeures pour améliorer sa gouvernance et accélérer l’intégration économique de ses Etats membres.

C’est dans ce cadre que les dirigeants africains ont signé l’Accord portant création de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAf), lors du sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA), tenu à Kigali le 21 mars 2018.

Déjà en 2012, lors du 19e Sommet de l’Union Africaine (UA) tenu à Addis-Abeba, ils s’étaient engagés à accélérer les efforts d’établissement d’une Zone de Libre-Echange Continentale (ZLEC), à l’horizon 2017.

L’ouverture des négociations pour la mise en place de cette ZLEC a été décidée en juin 2015 à Johannesburg où s’est tenu le 25e sommet de l’UA.

L’entame de ces pourparlers intervenait cinq jours après le lancement, au Caire, de la Zone de Libre-Echange (ZLE) tripartite, une entente de coopération et d’intégration interrégionales entre 26 pays du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté Est-africaine (EAC) et de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC).

En plus d’être le plus grand bloc économique du continent, la ZLE tripartite constitue, pour les dirigeants africains, un préalable au processus de création de la ZLEC, officialisée le 21 mars 2018 après la signature de l’Accord qui la met en place par 44 pays dont le Mali.

Ainsi, les signataires doivent à présent faire ratifier l’Accord par leurs parlements nationaux. Pour qu’il entre en vigueur, il faudra au moins 22 instruments de ratification. Les dirigeants africains souhaitaient parvenir à une ouverture effective de la ZLEC depuis janvier 2019.

Le but principal de la ZLEC – un des « projets phares » de l’Agenda 2063 de l’UA – est de stimuler les échanges commerciaux intra-africains.

En clair, elle contribuera à renforcer la résilience des économies africaines aux chocs extérieurs, à améliorer la compétitivité des produits industriels de l’Afrique en exploitant les économies d’échelle d’un grand marché continental.

Il s’agit aussi, grâce à cette ZLEC, d’augmenter la profondeur et l’ampleur de la diversification grâce à la spécialisation géographique et à la transformation de la capacité du continent à répondre à ses besoins d’importation de l’intérieur de l’Afrique, ainsi qu’à promouvoir la sécurité alimentaire par le biais de la réduction du taux de protection commerciale des produits agricoles entre les pays africains.

La ZLEC devra aboutir, d’ici 2028, à la création d’un Marché commun, et d’une Union économique et monétaire en Afrique incluant les huit Communautés économiques régionales (CER) de l’UA.

Les 55 Etats membres de l’UA sont concernés par cette zone de libre-échange. L’UA estime la taille du marché à l’intérieur de la ZLEC à plus de 1,2 milliard de personnes avec un PIB cumulé de 2.500 milliards de dollars.

En vue de maximiser les bénéfices de la participation de la région dans la ZLECAf, la 58èmeConférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, tenue le 23 janvier 2021 par visioconférence, a invité les Etats membres n’ayant pas encore ratifié l’accord à accélérer le processus de sa ratification, afin de promouvoir une libéralisation harmonieuse des échanges dans la région et préserver l’intégrité du Tarif extérieur commun (TEC) de la CEDEAO.

Les Etats membres de la CEDEAO doivent se préparer davantage pour tirer profit de la mise en œuvre de la ZLECAF. Comment cela doit se faire ? C’est dans ce sens que la Promotion Drissa KEITA 1995-1999 de l’Ecole Nationale d’Administration, qui œuvre depuis plusieurs à entre autres promouvoir la science économique et les sciences de gestion au Mali, entend user de son expérience dans la vulgarisation de débats économiques de qualité, en collaboration avec la Représentation Permanente de la CEDEAO au Mali, faire un plaidoyer puissant de la ZLECAF en organisant un panel de haut niveau sur ladite thématique à l’endroit des opérateurs économique maliens.

Cette activité rentre dans le cadre de la célébration de la semaine nationale dédiée à l’intégration africaine au Mali, qui se déroulera du 25 au 31 mai 2021.

Il est attendu de l’atelier, ce qui suit : le niveau de préparation de la CEDEAO par rapport à la ZLECAF est connu; le niveau de préparation des opérateurs économiques maliens est déterminé ; les défis et les enjeux liés à la ZLECAF pour la CEDEAO en général et pour le Mali en particulier sont répertoriés; des solutions sont identifiées pour permettre à la CEDEAO en général et au Mali en particulier de pouvoir tirer profit de l’opérationnalisation de la ZLECAF proposées.

Les principales questions que les panélistes doivent répondre en plus de celles des participants sont :

  • Quels sont les défis liés à la mobilisation au sein de l’Union Africaine et de la CEDEAO ?
  • Quel est degré de préparation des Etats membres de l’Union Africaine et de la CEDEAO ?
  • Quel est le niveau de préparation du Mali ?
  • Quels peuvent être les avantages et inconvénients concernant ce nouveau mécanisme ?
  • Comment préparer les acteurs maliens à tirer le meilleur de ce mécanisme ?

Sont conviés à ce panel de haut niveau, les opérateurs économiques, notamment des secteurs industriels et tertiaire, auxquels s’ajouteront quelques représentants du monde universitaire.

Les travaux du panel feront l’objet d’un rapport assorti de recommandations de vulgarisation de cet outil d’intégration qu’est la ZLECAF, qui sera partagé avec la Représentation de la CEDEAO et les autorités maliennes compétentes et le public-cible.

Cinq (05) panélistes sont prévus pour la rencontre. Il s’agit : du Ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine ; du Ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des Investissements ; du Représentant permanent de la CEDEAO au Mali ; du Représentant de l’Union Africaine au Mali ; du Président de la Chambre de commerce et d’Industrie du Mali.

www.investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes