fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

MALI : L’une des gigantesques industries pétrolières d’Afrique en marche !

Troisième producteur africain d’or, le Mali a décidé en 2017 de se doter d’une industrie pétrolière tout aussi dynamique que l’industrie minière. Il faut savoir que le secteur connaissait déjà un certain développement, quoique timide, quelques années plus tôt, avant que les activités ne soient bloquées en 2012, en raison du conflit armé dans le nord du pays où se trouve le principal bassin pétrolier. Aujourd’hui, la reprise de ces activités pétrolières mobilise les autorités de la transition sur plusieurs fronts.

Le ministre malien des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Seydou Lamine Traoré, est sur tous les fronts pour tenter d’accélérer l’exploitation du puits de pétrole de Taoudeni.

A Alger où il était du 10 au 12 Août 2021, en compagnie de son camarade ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali, Abdoulaye Diop et du directeur national de l’officier national pétrolier, il a rassuré la partie algérienne des opportunités et potentialités à saisir dans le secteur minier du Mali et exprimé l’ambition des autorités maliennes à concrétiser l’exploitation du puits de pétrole de Taoudeni.

En effet, la 12ème session de la Grande Commission Mixte de Coopération Mali-Algérie avait passé en revue les activités et les actions réalisées par la société Sipex Mali, filiale de Sonatrach, sur le bloc 20 dans le Bassin de Taoudéni, au Mali.

La dernière commission mixte entre les deux pays avait entériné la signature d’un Accord dans le domaine de l’eau, portant sur le suivi, la mobilisation des ressources en eau conventionnelles et non conventionnelles, l’échange d’expériences et d’expertises sur différentes questions de l’eau notamment la préservation de la qualité de l’eau, les aménagements hydro-agricoles, la gestion rationnelle et durable des ressources en eau, et le suivi et la gestion des ressources en eaux souterraines.

Au cours de son séjour algérien, le ministre TRAORÉ a participé aux côtés de Son Excellence M. le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale à l’audience du 11 août 2021 que le Président TEBBOUNE leur avait accordée. Le patron de la diplomatie malienne est porteur de message de Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’État du Mali, au Président Abdelmadjid TEBBOUNE, Président de la République algérienne démocratique et populaire. Même si le contenu du message n’a pas été révélé à la presse, il porterait sur le raffermissement des relations politiques, diplomatiques, sécuritaires et de coopération entre le Mali et l’Algérie, ainsi que la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger.

A son tour, le Président TEBBOUNE a rassuré que son pays s’engage à partager avec le Mali son expérience dans le domaine pétrolier, indispensable pour son développement industriel et sa stabilité sociale.

Cette visite crée l’espoir en les populations maliennes, qui attendent depuis des décennies l’exploitation et l’exploration du puits pétrole malien, qui sera incontestablement bénéfique pour tous.

 Taoudéni, le bassin pétrolier le plus important !

Les recherches du pétrole au Mali ont avancé timidement ces dernières décennies. En effet, environ 9000 km2 de données sismiques 2D ont été relevés, à travers quatre grandes zones : le bassin de Taoudéni, la fosse de Nara, le bassin de Tamesna et le Gao Graben soit 29 puits de pétrole. En 1983, Exxon Mobil a déclaré le bassin de Taoudéni comme étant le plus intéressant du Mali. Le bassin de Taoudéni est essentiellement une dépression centrée sur le nord du Mali, comprenant deux méga-séquences. La plus ancienne s’étend du Protérozoïque tardif au Paléozoïque précoce. Elle est composée de carbonates marins peu profonds et de schistes noirs inter-stratifiés. Avec ses 14 blocs, il s’étend de la Mauritanie au Mali, en passant par l’Algérie. C’est aussi le plus grand bassin sédimentaire du Nord-Ouest de l’Afrique. C’est en outre, l’un des plus grands bassins du Paléozoïque précoce en Afrique, avec des épaisseurs de sédiments de plus de 5000 m par endroits.

En 2006, une évaluation indépendante de son potentiel, menée par le consultant RPS Energy, a montré que les cinq blocs détenus par la société Baraka Petroleum pourraient abriter jusqu’à 645 millions de barils d’huile et 9 Tcf de gaz naturel. Ce potentiel gazier, tout aussi important que celui de la zone de Muzarabani au Zimbabwe, ferait de la zone, l’une des régions les plus prolifiques en gaz naturel du continent africain. Des géologues ont, par ailleurs, noté des similitudes entre les provinces riches en pétrole d’Algérie, du Niger, du Soudan et de la Libye et le bassin de Taoudéni.

Investirmali.com

 

 

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes