fbpx
26.2 C
Bamako
lundi, 25 octobre 2021

Livre du Pr. Kissima Gakou : La contribution scientifique de « MALI UNE CRISE SANS FIN »

Il convient de rappeler que le Mali était loin d’être un candidat évident à l’effondrement de l’État. Mais plusieurs années de mauvaise gestion ont produit des institutions étatiques faibles, une recrudescence de la corruption et une crise politico-institutionnelle et sécuritaire, exacerbée par celles dans le Nord du pays, puis au Centre voire dans plusieurs parties du territoire national, qui ont conduit à une désarticulation des relations entre l’État et la société malienne.

C’est au regard de cette situation dramatique que la résolution de crise multidimensionnelle que connaît notre pays apparaît comme une préoccupation scientifique nationale et internationale, surtout que la crise a mis au jour la « léthargie intellectuelle du milieu universitaire dont les recherches auraient dû éclairer la société et alimenter un débat public riche ».

La présente publication du Professeur Kissima GAKOU rompt avec cette léthargie intellectuelle du milieu universitaire en s’invitant dans les débats scientifiques et en proposant des pistes de sortie de crise.

L’approche scientifique choisie par le Professeur Kissima GAKOU s’inscrit dans un cadre d’innovation parce qu’accordant la priorité à une lecture croisée, transversale et pluridisciplinaire du substrat étatique dans ses fondements juridiques, économiques et sociaux.

Cet ouvrage fait un état des lieux critique mais objectif de la situation sécuritaire du Mali et met en évidence les facteurs, et les acteurs de la crise pour enfin nous proposer des repères stratégiques clés et des perspectives qui méritent une grande attention de la part de tous.

Pour comprendre cette crise, le livre a revisité les menaces à la sécurité, les facteurs et les acteurs de la crise, les menaces actuelles à la sécurité : ordre sociologique ; ordre militaire ; ordre économique et environnemental ; ordre politique.

 Les facteurs et les acteurs de la crise malienne

Les principaux acteurs de la crise sont analysés dans le livre: les Forces de Défense et de Sécurité Maliennes ; les Forces étrangères, les groupes islamistes ; les groupes indépendantistes ; les groupes d’autodéfense communautaire.

Les principaux facteurs de la crise : la velléité divisionniste Nord-Sud souvent alimentée de l’extérieur : la chute de Kaddhafi ; l’expansion des mouvements salafistes avec la création d’AQMI, notamment ; la fragilité de l’Etat ; la débâcle de l’Armée malienne.

Les défis de la reconstruction de l’Etat: une réconciliation réussie dans le cadre d’un processus inclusif et participatif: la mise en œuvre effective de la RSS avec comme objectif de disposer d’une sécurité (protection de l’État et de la population) efficace et redevable, dans la bonne gouvernance, le respect des principes de l’État de droit et des droits de la personne.

Repenser la coopération sous-régionale :  il s’agit de renforcer les instruments de coopération militaire, sécuritaire, et d’intégration régionale du G5 Sahel, et à édifier des partenariats stratégiques avec l’ensemble des acteurs de la Communauté internationale.

Un brin d’histoire

Cette partie du livre dénonce l’inaction ou le mauvais choix d’un leader qui conduit souvent à la perte d’un Etat, d’une nation.

De façon plus précise, il s’agit de la décision de mise au placard des résultats d’une étude prospective, qui avaient mis au jour les pistes de solution à la crise que nous connaissons aujourd’hui. Si le technique avait été écouté, l’Etat ne serait pas en faille aujourd’hui, le politique lui-même ne serait pas non plus autant décrié.

En conclusion, le présent livre dénonce le manque de vision de la part du pouvoir politique et son inertie face aux différentes alertes effectuées par la sphère technique. Il met aussi en exergue le lien fort qui existe entre la crise et les défis de la reconstruction de l’État malien. Ces deux dynamiques peuvent être comprises comme des composantes de la trajectoire plus globale des processus de formation de l’État engagés à l’époque coloniale.

La rédaction

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes