fbpx
29 C
Bamako
jeudi, 22 avril 2021

Gouvernement et partenaires sociaux : Le ministre Toureh à la recherche d’un climat social serein au Mali

Sur le meme sujet

- PUB -Intelis

Le Centre international de Conférence de Bamako (CICB), a abrité  du 29 au  31  mars 2021, l’atelier  national de réflexion sur les conditions de vie et de travail dans  les secteurs public et privé. La cérémonie d’ouverture était  présidée par le ministre du Travail et de la Fonction publique, Me Harouna Toureh qui avait à ses côtés Yacouba Katilé,  représentant des organisations syndicales, non moins Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (U.N.T.M) et du  représentant  du Conseil national du patronat du Mali(C.N.P.M).

Après les notes introductives du maitre de cérémonie, Yacouba  Katilé a, dans son intervention,  salué la tenue de cet atelier qui, selon lui, est important pour les travailleurs du Mali. Pour lui, cette rencontre offre l’occasion aux participants de réfléchir  longuement sur une nouvelle politique de travail en vue de réduire la pauvreté et la misère au Mali.

Pour  sa part, le représentant du CNPM a affirmé que le présent atelier interpelle fortement  sa structure. Pour  lui la vertue  du dialogue peu aboutir à une grande chose.

Dans son  discours d’ouverture, le ministre H. Toureh a fait savoir  que cet atelier  cadre avec  la charte de la transition  qui consiste  à adopter  un plan d’action  qui prévoit entre autres, l’organisation d’une conférence sociale  dans le  domaine du travail.

Il a laissé entendre que son ministère s’emploie activement à renforcer  sa collaboration  avec les partenaires  sociaux pour créer un climat social serein permettant  de bâtir une économie  forte, créatrice d’emplois  décents et de rétablir  définitivement  la paix sociale  dont le Mali a tant besoin.

Lors de cet atelier, les échanges ont, entre autres, portés sur les sujets comme : une rémunération juste et équitable pour l’ensemble  des travailleurs, la mise en place d’un milieu professionnel respectueux des droits et obligations des parties, la mise en place d’un cadre institutionnel et juridique propice au dialogue sociale.

Le ministre n’a pas manqué de mentionner les conséquences de la Covid-19 sur l’emploi au Mali. Sur ce point, il a constaté  que beaucoup  de personnes  ont été forcées au chômage technique et au licenciement au Mali à cause de cette pandémie.

www.investirmali.com

- Publicité -

Plus d' articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes