fbpx
29 C
Bamako
mercredi, 21 avril 2021

Entrepôts maliens dans les ports de transit : La nomination des militaires n’est pas un fait nouveau

Sur le meme sujet

- PUB -Intelis

Où va le Mali d’aujourd’hui ? Cette question mérite une réflexion particulière si on sait que certains de nos compatriotes profitent de la moindre occasion pour tenter de jeter le discrédit sur les actes posés par l’administration. Le comble dans tout ça est que généralement les plus critiques n’ont aucune expertise en la matière. Ces derniers parlent pour ne rien dire.
La dernière illustration en la matière qui a retenu notre attention est la fausse polémique qu’on tente d’instaurer au niveau des entrepôts maliens dans les ports de transit.
Une tentative vaine d’autant plus que les dispositions du décret N°04-235/P-RM du 18 mai 2005 déterminant le cadre organique des entrepôts maliens dans les ports de transit et celles du décret N°05-260/P-RM du 6 juin 2005 fixant l’organisation et les modalités de fonctionnement des entrepôts maliens dans les ports de transit sont très claires en la matière.
En effet, il ressort de ces deux décrets que les militaires sont prévus dans le cadre organique des entrepôts.
D’abord au niveau du bureau de contrôle et de sécurité
Les militaires nommés par décision du 17 mars 2021 du ministre des Transports et des Infrastructures vont remplacer ceux qui ont déjà passé plus de cinq ans dans les entrepôts. Telle est la révélation qui nous a été faite par le Directeur national des Transports, Mamadou Sow. Il tiendra à préciser qu’il s’agit des militaires qui ont passé plus de cinq ans dans les entrepôts. Il fera en outre savoir que selon les textes qui régissent les entrepôts, il y a trois structures : une structure réservée aux spécialistes des transports, une réservée aux spécialistes des finances et une autre réservée aux spécialistes de la sureté.
Pour les gens de la sûreté, nous explique le Directeur Sow, le bureau de contrôle et de sécurité dirigé par un officier supérieur de l’armée ou un commissaire de police.
Il est considéré à ce titre comme le chef de bureau. Ce dernier est secondé par un agent de sécurité (sous-officier de l’armée ou inspecteur de police).
Le décret N°260 du 6 juin 2005 confère au ministre des Transports le pouvoir de nomination
www.investirmali.com

- Publicité -

Plus d' articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes