fbpx
26.2 C
Bamako
lundi, 25 octobre 2021

Chantiers de l’Edm : Le ministre Seydou Lamine Traoré ordonne d’accélérer les travaux

La crise énergétique est le nouveau sujet qui s’est invité ces derniers jours dans les débats au Mali. Après une sortie du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau pour expliquer les raisons de la pénurie, une visite des chantiers en cours de l’EDM s’en est suivie le mercredi 21 avril 2021 à la centrale thermique de Sirakoro et au site de transite de Sotuba en présence des hommes de médias.

Le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau ; Seydou Lamine Traoré et le Directeur général de l’Energie du Mali (EDM), Oumar Diarra sont, au four et au moulin, afin d’apporter une solution, ne serait-ce que provisoire, à la souffrance des populations maliennes en cette période de canicule coïncidant cette année avec le mois de ramadan.

En effet, malgré le non-respect de l’engagement de la Côte d’Ivoire vis-à-vis du Mali pour la fourniture de 100 mégawatt d’énergie telle que conclu, ce binôme ne se plient pas à la fatalité, ils se battent tant bien que mal avec les moyens limités pour assurer la distribution minimale de l’énergie.

Le mercredi 21 avril 2021, en compagnie des hommes des médias, le directeur de l’EDM et son ministre de tutelle ont visité d’abord le chantier en construction d’une centrale thermique de 100 MW fonctionnant au fioul lourd avec ses  ouvrages d’évacuation à Sirakoro. Selon le ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, ce projet rentre dans le cadre du renforcement des moyens propres de production de l’EDM afin de satisfaire à la demande sans cesse croissante  en énergie électrique.

Pour réaliser ce chantier, notre pays a obtenu en urgence un accord de financement de 148 millions d’euros auprès de la banque islamique de développement (BID).

Après la visite du chantier de construction de la centrale thermique de 100 Mw, le ministre s’est réjoui de l’avancement des travaux qui devront être livrés d’ici février à avril 2022.

“Nous sommes conscients des difficultés qui peuvent être les leurs en cette période de canicule et nous travaillons inlassablement pour faire en sorte que les délestages puissent être moins récurrents possibles. Nous travaillons pour que l’année prochaine, nous ne soyons plus là à leur présenter des excuses par rapport à une situation de délestage’’, a laissé entendre le ministre.

Pour lui, cette visite de la centrale en construction de 100 Mw va permettre au Mali de sortir de la “dépendance’’ énergétique vis-à-vis des pays voisins. Il a aussi, fait savoir que la demande en électricité au Mali croit chaque année de 10%.

La deuxième visite à emmener la délégation sur le site provisoire de Sotuba, installé pour pallier au manque dans ce quartier.

Selon le DG de l’EM, Oumar Diarra, cette centrale mobile de 20 Mw constitué de 22 groupes d’un Mw. “Nous avons installé la centrale mobile de Sotuba pour, après un constat à notre arrivée en novembre dernier, il s’est avéré que les délestages de l’année passée étaient liés à un problème de transite que l’énergie que nous produisons. Il fallait trouver une solution technique. C’est d’installer de puissances complémentaires et d’injecter celles-ci chez les clients qui participent à la résolution du problème’’, explique le DG Oumar Diarra.  Un autre site similaire se trouve à Badalabougou. Grâce à ces deux sites, le Mali essaye de combler son déficit.

Pour le Ministre, Seydou Lamine Traoré, face à la situation actuelle, il urge de travailler sur deux variantes : “la première, c’est de mettre en œuvre les actions immédiates pour soulager la souffrance de la population malienne et la deuxième variante, c’est de travailler sur les solutions à long terme pour que demain soit meilleur par rapport à ce que l’on vit actuellement’’.

www.investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes