fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Briques ‘’turques’’ : Quelle particularité ?

La brique fait partie des matériaux les plus utilisés dans le domaine de la construction. Le marché malien est de plus en plus inondé par une nouvelle gamme de briques communément appelées « briques turques », du fait que les Turcs ont apporté les premières machines de fabrication. Pour les professionnels, ce sont les « agglos » ou les « tartans ».
Au Mali, les briques sont généralementconfectionnées à l’aide de moules, donc de façon manuelle. Avec l’apparition des agglos, le processus de fabrication a bien tendance à changer.Il est désormais mécanisé.Ce qui rend les briques encore plus solides, plus résistantes.
Selon Christophe Nombré,Directeur de« Sopromac Brique », les agglos sont fabriquées à partir du sable concassé et du ciment, avec l’aide de deux machines (automatique et semi-automatique). Selon lui, le dosage est fixe et la vibration, c’est-à-dire la pression exercée sur chaque brique, est la même. « C’est la machine qui fait ce travail pour nous.De façon traditionnelle, ce sont les bras valides qui le font.Ilest clair qu’ils ne peuvent pas avoir la même force du matin jusqu’au soir.Ils vont sûrement s’épuiser et de cette manière-là, les briques ne pourront pas avoir la même solidité », a détaillé M. Nombré. Et notre interlocuteur d’ajouter que l’usine produit900 agglos par tonne de ciment, pour un coût de 337 500 francs CFA.
Une différence de prix conséquente, quand on sait qu’une tonne de briques traditionnelles coûte 215 000 FCFA. Malgré cet écart énorme de prix, Ibrahim Khalil Sogoré, entrepreneur de son état, a un penchant pour les briques industrielles. « Elles sont de bonne qualité, résistantes et assurent une longue durée de vie à nos bâtiments. Les normes de fabrication sont respectées car le dosage est bien connu », justifie-t-il. Moussa Coulibaly ; un fabricantde briques traditionnelles, est persuadé queles briques faites à la main sont meilleures que celles industrielles si elles sont bien arrosées. A la question de savoir si leur emploi n’est pas menacé, M. Coulibaly répond : « Pourl’instant notre marché est intact par la grâce de Dieu, parce que généralement, c’estceux qui sont pressés qui vont vers les briques industrielles. » Pour sa part,Sidiki Traoré, maçon de son état, trouve les briques industrielles bien meilleures. «Toutes les briques ont la même forme et les mêmes dimensions.Ce qui facilite la construction ; contrairement aux briques traditionnelles… », conclut-il.
Maryam Camara

investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes