fbpx
24.2 C
Bamako
dimanche, 26 septembre 2021

Aliou Tomota à propos de la relance de l’Huicoma : « La volonté des autorités de transition est pour moi un espoir »

L’Huilerie cotonnière du Mali (Huicoma) est depuis un certain temps à l’arrêt. La relance du géant était au cœur d’un récent entretien entre le Premier ministre de transition, Dr ChoguelKokallaMaïga et le repreneur, en la personne d’Alou Tomota. Cette rencontre a suscité l’espoir pour le Président-directeur général de l’Huicoma, qui a exprimé son satisfecit quant à la volonté affichée des autorités de transition concernant la relance de l’usine.

Créée le 12 mars 1979, l’Huilerie cotonnière du Mali (Huicoma SA) avait pour but de valoriser la graine de coton et ses sous-produits, ainsi que tout autre oléagineux par leur transformation et leur commercialisation. Elle a connu une privation dans les années 2000, sous feu le président Amadou Toumani Touré (ATT). Chose qui s’est soldée par l’arrêt des travaux au niveau des unités de Koulikoro, Kita et Koutiala, entrainant du coup le chômage, la pauvreté et un impact inestimable sur l’économie dans ces différentes localités.

Dans ces localités où la vie était belle, le constat est plus qu’amer aujourd’hui à la suite de l’arrêt de l’Huicoma. C’est la misère qui y règne. A Koulikoro notamment, les femmes et les jeunes, qui vivaient de l’Huicoma, descendent aujourd’hui dans le fleuve pour extraire le sable et le gravier, afin de subvenir à leurs besoins quotidiens.

De surcroit, l’arrêt de l’Huicoma a complètement freiné l’économie locale et même nationale. En ce sens qu’au moment de sa privatisation, sa contribution aux recettes fiscales de l’État (impôt et taxes) se chiffrait, entre 1997 et 2002, à 40 milliards de FCFA.

En effet, la relance de l’Huicoma s’impose aujourd’hui. C’est pourquoi lors d’un entretien entre Tomota et le Premier ministre ChoguelKokallaMaïga, le repreneur a évoqué l’impérieuse nécessité de faire revivre le joyau qui créait plus de 2800 emplois directs et indirects.

« Nous avons abordé pas mal de questions de développement, surtout sur le plan industriel. Ce qui intéresse aujourd’hui le gouvernement de la transition, c’est la relance de l’Huicoma. Nous avons vraiment discuté de long en large. Nous devons nous revoir pour trouver les voies et moyens, comment essayer de relancer cette entreprise qui est vitale. Si aujourd’hui le Mali doit importer de l’huile et n’importe quelle sorte d’huile pour donner aux consommateurs, ça pose un vrai problème de santé publique », a déclaré Alou Tomota à sa sortie de l’audience. Il a ensuite réitéré son engagement de remettre l’Huicoma en marche. Mieux, il a salué les autorités de transition en ces termes : « La volonté du Président et du gouvernement est pour moi un espoir ».

Selon le PDG de l’Huicoma, un pays sans industrie est la pire des choses. Pour ainsi dire qu’il est urgent de relancer les industries. Face à cette situation, il a appelé les autorités de transition à se pencher sur le redémarrage des autres industries qui contribuent à la réduction du taux de chômage, mais aussi à l’économie nationale.

investirmali.com

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes