fbpx
35 C
Bamako
jeudi, 6 mai 2021

Affaire Djeneba Sall : Cabale contre le DG de la BDM SA

Sur le meme sujet

- PUB -Intelis

Devant l’affaire madame Kané Djénéba SALL, en fait une fausse affaire, le comportement le plus élémentaire aurait consisté à essayer un tant soit peu de faire preuve du minimum de discernement. Non, de cela point, certains sont allés directement dans les propos péremptoires pour calomnier une institution et son premier responsable comme s’il s’agissait d’une décision de justice rendue par une instance sans recours.

Or, il s’agit d’accusations portées par un syndicat national contre une entreprise et en la matière le premier réflexe consiste à écouter la partie mise en cause et ses représentants du personnel par respect pour le métier et les lecteurs plus intéressés par les faits dans tous leurs contours afin de se forger une vraie opinion. De faits, de quoi s’agit ? En réalité, la vraie affaire c’est celle qui concerne les faits de malversation visant Madame kané Djeneba Sall et remontant à Décembre 2019 donc depuis 17 mois.

En effet, le 06 décembre de cette année, la nommée Kané Djenaba Sall Directrice de l’agence BDM Missira informa ses responsables hiérarchiques de son absence pour cause d’accouchement déclenché de façon   prématurée. Une situation tout à fait normale car humaine. A cet instant rien ne pouvait aux yeux des responsables du réseau perturber le fonctionnement de l’agence car il s’agit de situations récurrentes car le relais est immédiatement pris en principe et en pratique par l’adjointe de la Directrice.

Pourtant, quelle ne fut la surprise quand 12 jours plustard, le 17 décembre des clients alertent les responsables du réseau sur l’indisponibilité du GABBDM de Missira. Aussitôt arrivés sur les lieux les responsables du réseau ont été informés que la Directrice absente depuis le 06 décembre avait emporté avec elle les clefs de son bureau et du GAB. Surpris et désemparés par une situation à tout le moins impensable et inhabituelle, une mission composée du réseau d’agences, du contrôle et de l’inspection s’est rendue le 18 décembre chez la Directrice afin de confirmer l’information et donc de récupérer les clefs d’accès du bureau et du GAB.

Sur place l’intéressée a reconnu avoir sur elle et comme toujours toutes les clefs auxquelles n’ont jamais accès ni l’adjointe, ni les autres collaborateurs dans l’agence.

Mais la vraie et véritable surprise est à venir pour expliquer le pourquoi du comment de cette obsession pour la Directrice de ne jamais céder son trousseau même pour les nécessités de services. Tout compte fait l’équipe composée du réseau, de l’inspection et du contrôle procède le même jour au décompte physique du GAB et relève un montant de 271 000 F CFA.

Mais plus tard c’est l’arrêté des comptes du 31 décembre 2019 qui va révéler le pot aux roses, un écart de 44 585 000 F CFA dans la gestion du GAB. Interpellée par l’inspection de la banque sur la cause des sommes manquantes, la Directrice Madame Kané se reconnait comme seule responsable car elle seule a toujours détenu les clefs du distributeur automatique de billets.  Elle s’est aussi engagée à rembourser les montants en question selon un mode d’arrangement avec la banque, vérifiable devant la Direction des Affaires Juridiques.

C’est bien plus tard qu’elle est revenue sur sa version des faits, alléguant que le GAB a été ouvert en son absence et sans le service d’huissier. Or au préalable, il ne s’agissait pas d’une opération conflictuelle mais juste ouvrir la machine pour l’usage de la clientèle donc le recours à un mandat d’huissier n’était pas nécessaire. Par contre elle aurait pu réclamer le mandat d’huissier, dès lors qu’elle se doutait de quelque chose sur sa gestion à elle. Ce qu’elle n’a pas fait.

En outre, plusieurs opérations suspectes consistant à des retraits de fortes sommes d’argent et reversées 24 heures plus tard ont été tracées dans le sillage de Madame KANE. Toutes les opérations ont été effectuées au moment des arrêtés des comptes en vue de masquer très certainement le détournement qui n’aura été découvert que suite à sa maladie.

Deuxième point noir dans la gestion de Dame Kané : des opérations suspectes sur le compte d’un client de la Banque. Le 08 novembre 2019, le compte d’un client expatrié a été débité de 3 millions par Madame Kané et la somme remise en place le 13 novembre soit 6 jours plus tard. Le 27 novembre 2019, même procédé même montant, 3 millions prélevés et replacés cette fois le 30 juillet 2020. Le 28 novembre 2019, 3 millions ont été retirés du compte du même client par la même Directrice pour être reversés le 29 novembre soit 24 h après.

Les vérifications ont permis de savoir que pour toutes ces opérations Madame Kané n’avait requis, ni bénéficié d’aucun mandat du titulaire du compte. Elle a donc décidé de son propre chef de modifier les données du client pour les remplacer par sa propre identité et donc de manipuler à sa guise le compte du client sans l’en informer et sans mandat dument établi.

Devant cette anomalie constaté, la banque a par précaution décidé de bloquer  le compte en question en attendant d’en savoir plus.

Constatant l’impossibilité pour lui d’accéder à son compte depuis l’étranger, le vrai titulaire débarque à Bamako et se présente à la BDM, le 09 Septembre 2020, pour avoir des explications. Dès l’entame des échanges avec les cadres de la banque, le client a affirmé n’avoir jamais donné un quelconque mandat à Madame Kané pour gérer son compte en modifiant son identité.

C’est la déposition faite à cet effet, signée du Client et les services de contrôle de la Banque que le SYNABEF qualifie de faux documents alléguant que le client n’était pas à Bamako à la date marquée sur le document. Nous disposons des coupons de voyage du client qui prouvent qu’il était bien à Bamako, de même que la copie de son passeport en support à un retrait effectué le même jour de même que d’autres supports.

Le client reconnait tout au plus que Djénéba lui a demandé de lui prêter de l’argent et il a autorisé une seule opération portant sur 3 millions afin de régler un problème urgent. Les autres opérations de virement, il n’en a eu ni connaissance encore moins les autoriser. C’est donc à partir de ces faits allégués, vérifiés et vérifiables notamment manipulation du compte de client, atteinte à la déontologie du métier de banquier, faux et usage de faux que la BDM a écrit à l’inspection du travail pour demander le licenciement pur et simple de l’agent pour faute lourde.

Après analyse du dossier et après avoir écouté les deux parties (Madame Kané et les représentants de la BDM SA) et le syndicat, l’inspection du travail a, dans une décision n°00201/DRT-DBdu 12 mars 2021 reconnu l’exactitude des faits allégués contre Madame Kané. Toutefois, elle a requis la clémence de la banque lui demandant d’appliquer à la fautive une autre sanction hormis le licenciement.

Tous ces débats ont eu lieu en présence du Secrétaire Général du Comité syndical de la BDM –SA qui a émis un avis favorable au licenciement projeté. Cependant par lettre n°0293/DRT-DB du 14 Avril 2021, l’Inspection nous a notifié sa volonté de reporter, selon les termes du signataire de la lettre, l’avis favorable émis dans la lettre n°0201/DRT-DB du 12 Mars 2012.

Dès lors, en attendant de bien examiner son cas en profondeur et conformément aux textes règlementaires en vigueur, la Direction Générale de la BDMSA n’a pris aucune mesure nouvelle concernant madame Kané Djeneba Sall. Néanmoins, elle continue de bénéficier de l’entièreté de son traitement et des avantages dus. En ce qui concerne l’affaire de détournement de somme d’argent au GAB de 44 585 000 F CFA qu’elle n’a toujours pas remboursés conformément à son engagement préalable. Son avocat dans une lettre du 30 Novembre 2020 consécutive à une rencontre du 12 Octobre 2020 a sollicité un règlement amiable, avec l’accord de Madame KANE, dans le sens d’un remboursement intégral et de sa réintégration à son poste avec tous les avantages.

Notre Etablissement dispose de plusieurs autres preuves de la culpabilité de Madame KANE qui seront mises à disposition en temps opportun. Voilà simplement présenté le cas Kané Djeneba Sall, loin d’être une affaire susceptible d’occuper la moindre ligne dans l’agenda d’un Directeur Général dont la gestion révèle plutôt en grands traits, des résultats jamais égalés dans l’histoire de la banque et de la place bancaire du Mali.

Les actionnaires, les administrateurs ont unanimement salué les performances historiques accomplies par le groupe BDM SA au terme de l’exercice écoulé. Arrêtons donc les éternelles petites tempêtes dans un verre d’eau afin de détourner le secteur bancaire de l’essentiel qui consiste à fortifier la position des entreprises par la gestion saine, la rigueur en bannissant les gains faciles.

- Publicité -

Plus d' articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes