fbpx

Abdoulaye Kaya, nouveau Dg de l’Anadeb:  » C’ est inadmissible que l’Anadeb n’ait à ce jour aucune voiture qui roule à base de biocarburant »

Sur le meme sujet

- PUB -Intelis

Le vent du renouveau souffle dans les locaux de l’Agence nationale de développement des biocarburants (Anadeb) depuis l’arrivée du nouveau Directeur général, Abdoulaye Kaya. Deux semaines seulement après sa prise de fonction, ce cadre d’une société de téléphonie mobile et d’une organisation internationale, juge inadmissible que l’Anadeb, une structure de promotion des biocarburants, n’ait à ce jour aucune voiture qui roule à base de biocarburant. Cela est inadmissible. « Normalement, nous devrions donner l’exemple. Nous nous battrons désormais pour que cela soit», promet le nouveau Dg de ce service, combien stratégique pour le développement des énergies renouvelables au Mali.
Pour Abdoulaye Kaya, un responsable compétent et ambitieux n’a pas besoin de faire cent ans à un poste pour commencer à faire des résultats. A seulement deux semaines de travail, Abdoulaye Kaya, soutenu par son président Conseil d’Administration, Abdoulaye Diané non moins troisième adjoint au maire de la commune V du District de Bamako, a réussi à sortir l’Anadeb de l’agonie dans laquelle l’avait placé son prédécesseur. Les partenaires stratégiques qui étaient tous partis, reviennent de plus en plus. Les membres des associations des producteurs de biocarburants du Mali, victimes d’arrogance et de maltraitance, sont désormais reconsidérés et respectés à leur juste titre. Tout le personnel de l’Andeb parle dorénavant dans la même voix autour des objectifs fixés de façon inclusive. Ce sont là quelques hauts faits réalisés par le nouveau Dg de l’Anadeb de sa prise de fonction à ce jour.

Les réunions du comité de direction restaurées !
Dès sa nomination à la tête de l’Anadeb, Abdoulaye Kaya a d’abord travaillé à mettre fin rapidement à la gestion solitaire de la structure en restaurant les réunions du comité de direction qui se font désormais tous les lundis sous sa direction à l’Anadeb avec les quatre chefs de départements que compte l’Anadeb. Abdoualye Kaya a déjà pris des dispositions pour élargir cette réunion avec les différents chefs de services de la structure qu’il envisage de rencontrer au moins deux fois dans le mois. Ce n’est pas tout. Il ambitionne de tenir régulièrement, en tout cas tout au long de son règne à l’Anadeb, une assemblée générale au moins deux fois tous les trois mois avec tout le personnel de la structure. Objectif visé, mettre tous les travailleurs au même niveau d’information et les amener à mieux épouser les objectifs qu’il s’est fixé.
Pour lui, le personnel est le premier ambassadeur d’une société. « Les employés sont l’œil et l’oreille des personnes extérieures au service qui doivent être au même niveau d’information que le Dg. Ce sont eux qui font vendre le service à l’extérieur du service», estime-t-il.
Auparavant, Abdoulaye Kaya avait œuvré à briser le mur de la méfiance entre son personnel et lui ainsi qu’à la guerre fratricide entre les employés eux-mêmes.
Pour rappel, l’Anadeb sous son prédécesseur s’était fait la réputation d’une structure de combat clanique. Avant lui, ne travaillaient que les employés soumis à la volonté de l’ancien Dg. Mais, ce temps est désormais révolu. « Il nous a rassuré tout de suite qu’il n’est pas là pour briser la carrière de qui que ce soit. Pour preuve, il n’a opéré aucune mutation, encore moins de nomination comme tout le personnel redoutait d’ailleurs. Tout le monde est à son poste. Il nous a tous surpris à ce niveau. Il a juste dit de redoubler de motivation et que son bureau est ouvert à tout le monde. C’est un Directeur qui vient souvent même prendre du thé avec les gardiens. On en avait vraiment besoin d’une telle complicité entre les travailleurs à l’Anadeb. Nous n’avons presque jamais connu un Directeur de l’Anadeb comme lui. C’est un homme affable qui cherche à impliquer et à intéresser tout le personnel dans tout ce qu’il fait », témoigne un haut cadre de l’Anadeb sous anonymat qui nous confie que certains cadres de la structure n’ont même pas eu droit à une seule réunion avec l’ancien directeur pendant deux ans.
Conséquence, le personnel de l’Anadeb est désormais un personnel galvanisé et pleinement engagé dans la promotion des biocarburants au Mali. Pour preuve, en moins de deux semaines de travail intense et concerté, le personnel de l’Anadeb a réussi à dresser le bilan des activités de l’année 2020 de la structure et s’active aussi actuellement à élaborer un programme triennal pour l’Anadeb. Une manière pour Abdoulaye Kaya de signaler le glas du pilotage à vue à l’Anadeb.

Les grands projets de Abdoulaye Kaya, avec le soutien de son PCA Abdoulaye Diané
Selon Abdoulaye Kaya, un EPA ne peut pas et ne doit pas axé toutes ses dépenses que sur le budget de l’Etat par mesure de précaution. Pour soutenir sa thèse, il a pris l’exemple sur la crise de la Covid-19 qui a contraint l’Etat à réduire considérablement le budget de l’Anadeb comme beaucoup d’autres structures de l’Etat d’ailleurs. « J’ambitionne de réduire la forte dépendance de l’Anadeb au budget de l’Etat. Pour ce faire, nous comptons très prochainement organiser un forum des bailleurs de fonds pour leur présenter nos projets et programmes et les y intéresser. Le budget de l’Etat doit être limité à la seule prise en charge du fonctionnement de l’Anadeb. On ne peut pas faire de programmes avec ça », explique le Dg de l’Anadeb. Ce n’est pas tout.
Abdoulaye Kaya se gêne aussi aujourd’hui de constater qu’il n’y a pas à ce jour une seule voiture qui roule à base de biocarburant. « Cela est inadmissible. Normalement, nous devrions donner l’exemple. Nous nous battrons pour que cela soit désormais. Ce serait ma fierté de dire très prochainement que moi en tant que le Directeur général de l’Anadeb que ma voiture roule à base de l’éthanol ou de l’huile de fougère. Je suis aujourd’hui gêné de faire la promotion des biocarburants auprès des autres Maliens pendant que j’utilise pour ma voiture les mêmes carburants qu’eux », avoue-t-il son ambition.
Au-delà, le nouveau Dg projette aussi d’installer des stations spécialement destinées à la vente de biocarburants dans la ville de Bamako.

Perspectives
Le changement climatique est l’un des sujets les plus partagés à cause de son caractère global et des menaces qu’il présente au monde. Il est responsable de la baisse de la pluviométrie, des inondations, des sécheresses et de la dégradation des ressources naturelles.
Le Mali, pays en développement, partage ces menaces avec le reste du monde et a comme particularité une consommation énergétique tributaire aux importations des produits pétroliers qui participent au déséquilibre de sa balance commerciale et contribuent au réchauffement climatique.
Face à ces défis, le gouvernement du Mali a décidé de promouvoir les biocarburants pour réduire la consommation des produits pétroliers dans la perspective du développement durable.
Cette volonté politique s’est traduite par l’élaboration et l’adoption d’une Stratégie Nationale de Développement des Biocarburants en 2008, qui a abouti à la création de l’Agence Nationale de Développement des Biocarburants (ANADEB) en 2009. L’agence a pour mission de promouvoir les biocarburants sur toute l’étendue du territoire national.
En guise de perspective, dans le cadre de la planification à court, moyen et long terme, l’ANADEB envisage de : créer un fonds de développement des bioénergies à travers des prestations de services, les redevances et la mobilisation de financements extérieurs (public privé) afin d’avoir son autonomie financière et de réduire son impact sur le déficit du budget national; renforcer la recherche développement dans le domaine des bioénergies ; élaborer le programme national de développement des Biodigesteurs.
En guise de perspective, dans le cadre de la planification à court, moyen et long terme, l’ANADEB envisage :
Produire de l’électricité à partir des déchets agricoles (tige de coton, balles de riz, etc.) et forestier (rémanents, les branches d’arbres, etc.);
Produire du biogaz dans tous les abattoirs du Mali pour la production d’électricité et de froid ;
Promouvoir la valorisation énergétique des biomasses le long du fleuve Niger (les plantes aquatiques nuisibles, par exemple la jacinthe d’eau) ;
Promouvoir la valorisation énergétique des déchets industriels et ménagers ;
Promouvoir la valorisation des huiles usagées de Bamako en Biocarburant.
L’Anadeb est placée sous la tutelle du Ministère en charge de l’Energie et a entre autres comme missions de : participer à la définition des normes en matière de biocarburants et au suivi de la mise en œuvre de ces normes ; veiller à la disponibilité permanente des biocarburants sur le marché ; établir les bases et mécanismes de tarification et participer à l’élaboration de la stratégie des prix des biocarburants ; appuyer la recherche-développement sur les biocarburants ; former, encadrer, et suivre les transformateurs artisans et industriels des produits de base des biocarburants ; suivre et évaluer les activités des operateurs intervenant dans le secteur ; assurer la concertation entre partenaires nationaux et internationaux du domaine des biocarburants pour favoriser les échanges technologiques et développer le partenariat.
Youssouf Z KEITA

- Publicité -

Plus d' articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes