fbpx
27.2 C
Bamako
mardi, 6 décembre 2022

Les maliens contre les sanctions émises par la CEDEAO…

Formations politiques, leaders religieux, organisations de la société civile, professionnels de tout bord…, les Maliens ont manifesté ce vendredi 14 janvier, répondant à l’appel lancé par la junte au pouvoir dirigée par le colonel Assimi Goïta, pour protester contre les sanctions imposées par la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Si -malgré l’embargo effectif depuis le début de la semaine- la vie suit normalement son cours dans le pays selon plusieurs témoignages recueillis par LTA (les banques fonctionnent, les travailleurs vaquent à leurs occupations, les étudiants vont à l’école, …), les agents bancaires ont notamment observé des retraits importants d’argent ces derniers jours. « Les gens tentent de prévenir d’éventuelles pénuries d’autant que les banques n’ont plus la possibilité de s’approvisionner auprès de la BCEAO  [Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest, NDLR]», déclare une source à Bamako qui requiert l’anonymat.

La situation au Mali, les économistes l’observent avec beaucoup de regret : celui de voir, une fois de plus, l’économie sacrifiée sur l’autel de la politique. Etienne Fabaka Sissoko, directeur du Centre de recherche, d’analyses politiques, économiques et sociales au Mali (Crapes), a passé l’après-midi à dispenser le cours de macroéconomie à la Faculté des sciences économiques et de gestion de Bamako. « Il y a certes des exemptions sur certains produits notamment les hydrocarbures et autres, relève-t-il lors d’un échange avec LTAmais la difficulté c’est qu’il faut s’approvisionner à l’étranger. Et cela nécessite des devises. Or la BCEAO, habilitée à mettre à la disposition des acteurs économiques des liquidités sous forme de devises, ne peut le faire en raison des sanctions ».

Source: Tribune

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes