fbpx
29 C
Bamako
mercredi, 21 avril 2021

Industrie : La première usine textile du Mali, la Comatex-Sa, à la recherche de nouveaux investisseurs

Sur le meme sujet

- PUB -Intelis

Suite à la décision de la Covec de se retirer des actions de la Compagnie malienne de textile (Comatex), le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des Investissements du gouvernement de la transition du Mali, Harouna Niang a engagé des actions de recherche de nouveaux partenaires stratégiques pour la société. Selon nos informations, les discussions sont déjà en cours avec une entreprise textile chinoise et des investisseurs espagnols sont intéressés par la relance de la Comatex.
La compagnie malienne de textile (Comatex) est une société malienne de textile située à Ségou. Elle est la première usine textile du pays, inaugurée en 1968. D’abord entreprise d’Etat, elle s’est transformée en entreprise privée, avec une participation majoritaire chinoise. La Comatex était jusqu’à 2020 une coentreprise de la Covec une filiale de la CREC. Cette société s’est rendue célèbre de par la qualité du travail et de la main d’œuvre utilisée.
Depuis quelques mois, l’entreprise a mis la clé sous le paillasson laissant ses 1300 employés en chômage. Une situation qui ne laisse toute âme sensible indifférente.
Faisant face à « plusieurs difficultés » surtout au niveau de la trésorerie, la disponibilité des matières premières et la vétusté des machines, la Comatex est, depuis lors en cessation de paiement.
Dans une communication qu’il a faite sur l’ex-entreprise chinoise, le ministre a affirmé que la Comatex n’arrive pas à payer ses banques partenaires et ses fournisseurs. Elle ne peut donc bénéficier d’aucune facilité pour pouvoir relancer ses activités. C’est ce qui explique que l’actionnaire majoritaire Covec (80% du capital social) affirme le ministre Niang, ne veut plus continuer à investir dans la Comatex. « Car, la Covec n’est pas une entreprise textile mais une entreprise du bâtiment », informe le ministre.
Une nouvelle stratégie de leur société mère en Chine, affirme le ministre, c’est de se retirer de toutes les activités qui ne sont pas rentables et qui ne sont pas du ressort de leurs activités principales le BTP. Et d’ajouter qu’ils « n’étaient là dans le passé que pour des raisons politiques qui ne semblent plus valables maintenant ».
L’ancien actionnaire majoritaire de la Comatex est convaincu qu’il faut la liquider estimant que les équipements sont obsolètes afin de construire une nouvelle usine plus moderne et plus compétitive. Ils demandent que cette solution soit mise en œuvre avec de nouveaux partenaires stratégiques qui sont du métier. La société Covec affirme avoir informé l’Etat malien de son intention de retrait depuis 2016.
www.investirmali.com

- Publicité -

Plus d' articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publications recentes